Rejoignez le réseau coopératif

Annuaire de l'économie coopérative

Venez vous inscrire si votre activité correspond à l'éthique coopérative.

coops

Bienvenue !

Bienvenue sur Coops.fr, projet de fédération des acteurs de l'économie coopérative, collaborative, solidaire et sociale pour une alternative économique.


Coops - L'économie coopérative

L'objectif de ce site est de recenser l'ensemble des individus, coopératives, associations, producteurs.. ayant une démarche économique éthique, et de mettre à leur disposition des outils de coordination, afin de développer un véritable réseau économique et social autogéré et indépendant.

La philosophie motivant notre action consiste à créer des synergies afin de renforcer ce réseau et, à terme, de se réapproprier progressivement un maximum de secteurs de l'économie en encourageant la création de nouvelles activités socialement utiles (développement durable, énergies renouvelables, accès au logement, entr'aide, formation mutuelle, produits bio, économie et autonomie énergétique, réseau socio-associatif...)

Nous partons du principe qu'au delà des idéologies et de la politique classique, ce sont les initiatives concrètes, le pragmatisme et l'action qui changent le quotidien, les habitudes, les mentalités, le tissu social et finalement la réalité des interactions entre individus. Nous souhaitons également redéfinir le concept d'économie, en lui redonnant son sens initial, c'est à dire un mode de production et d'échange au service de l'humain, et mettre en place un réseau offrant cette possibilité, pour en finir avec l'absurdité d'un système qui place en priorité une logique de profit à court-terme, au détriment de la très grande majorité de la population et de l’environnement.

A l’évidence, le système économique actuel, totalement autodestructeur, n’offre aucune viabilité. C'est à nous de reconstruire une société crédible et efficace, en mobilisant nos énergies dans une optique constructive, au lieu de la dépenser en vain dans une contestation faite de réclamations, d’attentisme et de faux espoirs, qui ne fait plus recette.
Une autre évidence s'impose: c'est l'économie qui dirige le monde, c'est donc la nouvelle force politique. A nous également de reprendre le contrôle de l'économie en utilisant les leviers de la mutualisation et de la coopération.

Plus généralement, nous visons la réappropriation de tous les aspects de la gestion de nos vies : les compétences, les savoirs-faire, l'autonomie et le lien social que nous avons peu à peu perdus, que nous avons délégués, en commençant par les secteurs clés de l'alimentation, de l'énergie, du logement, de la culture...


Les étapes du projet Coops

 

- Fédération des acteurs de l'économie collaborative : Réalisation d'un annuaire de l'économie coopérative également accessible via l'adresse cooperatives.fr


- Création de plateformes collaboratives professionnelles :

L’ubérisation est une forme collaborative sans coopération qui amène à l’affaiblissement de ses participants: les chauffeurs Uber, par exemple, sont en position de faiblesse par rapport à la société mère qui peut changer les règles du jeu à sa guise une fois les chauffeurs dépendant de la plateforme informatique qu’elle propose.
L’idée est de créer dans un premier temps une fédération (syndicat coopératif, ou association professionnelle autogérée) des chauffeurs Uber (ou de tout autre plateforme : Deliveroo pour les livreurs par exemple). Il s’agit ensuite, au moyen des cotisations et du levier du financement participatif (car le montant des cotisations ne sera ni élevé ni suffisant au départ, étant donné le niveau de précarisation auquel ils sont confrontés) de développer une plateforme collaborative et coopérative ainsi que l’application mobile associée, avec les mêmes fonctionnalités que celle d’Uber, mais qui appartiendrait entièrement aux chauffeurs fédérés. N’ayant ni actionnaire à rémunérer, ni un budget marketing important (les chauffeurs pouvant faire la communication directement sur le terrain auprès des utilisateurs), le coût de l’outil collaboratif sur les charges pourra être d’environ 5 à 10% au lieu des 25% demandés par Uber.

Une fois la plateforme créée, le temps de la faire connaître et d’effectuer son référencement internet (via une fédération de référenceurs indépendants notamment), les chauffeurs pourront continuer à fonctionner via Uber en parallèle, jusqu’à ce qu’à terme, la plateforme coopérative vienne  le remplacer. En effet, même en rémunérant les chauffeurs 15% de plus qu’avec Uber, le coût pour l’utilisateur sera le même, voir inférieur avec le temps.

Cet exemple avec Uber peut également fonctionner avec Blablacar, la Rûche qui dit oui (qui se présente comme alternative alors qu’elle compte dans ses actionnaires un certain Xavier Niel) et tout autre service pseudo-collaboratif de ce type.
Il est possible d’être à un clic du changement en opérant de la sorte : L’utilisateur final pouvant choisir un même service au même prix, en privilégiant l’exploitation dans un cas, ou l’émancipation dans l’autre.
La fédération ainsi créée, maître de son outil pourra réguler l’activité, avec un tarif horaire minimum pour chaque indépendant, mettant fin au dumping et la compétition qui au final nivelle par le bas la qualité de vie de tous. L’accès à la nouvelle plateforme et donc aux clients qu’elle fournit pourra être conditionnée au respect de bonnes conditions de travail et de rémunération.

Cette étape est essentielle car elle permet d’attaquer le libéralisme sur son propre terrain, celui du marché. Elle représente aussi un pont très pragmatique entre la réalité actuelle et l’organisation horizontale globale qu’il nous faut mettre en place. En effet, l’objectif est de coordonner chaque fédération de métiers au sein d’une confédération plus large, dont le rôle sera de gérer des projets plus collectifs et politiques, jusqu’aux services publics à terme, remplaçant progressivement les attributions abandonnées ou privatisés du fait d’Etat surendetté et moribond.


- Création d’annuaire professionnels

Il s’agit ici de regrouper des entreprises et notamment des indépendants, pas nécessairement issus du milieu coopératif ou de l’ESS, par compétences et métiers, afin de pouvoir communiquer auprès d’eux sur les projets en cours. Ces annuaires seront des supports de communication mais également des ressources et du lien pour créer des commissions de savoir-faire (informatique, référencement, traduction…) constituées par des individus intéressés par les projets présentés.


- Développement de la partie achat groupé : Ce site permettra de fournir aux producteurs adhérents à ce réseau les débouchés commerciaux qui leur permettront se concentrer sur leur métier et développer des produits ou services de qualité et à moindre coût, leur service commercial étant en partie externalisé. Les acheteurs de ce réseau pourront bénéficier de prix avantageux tout en donnant un sens à l'acte d'achat et les besoins qu'ils exprimeront seront pris en compte dans le choix des produits. Cette association d'acheteurs pourra financer de nouveaux produits ou services et renforcer le réseau existant, sur le mode de la synergie.
 

- Création d'un site de gestion des commandes directes producteurs/consommateurs et mise à disposition de l'outil pour la gestion locale des AMAP et autres associations (espace membre fournisseur pour la gestion des produits, espace membre acheteur pour la pré-réservation, espace membre organisateur pour gérer la logistique, les volumes et dates des marchés, cartographie des producteurs, des lieux de récupération, agenda, forum...)
 

- Développement d'outils de gestion mutualisés, notamment des logiciels de gestion professionnels et libres (open source). Ces outils mutualisés dont les avantages sont la souplesse, la réactivité, et le caractère évolutif pourront générer des économies d'échelle. Le partage des ressources (par exemple un serveur qui n'est sollicité qu'à 20% en temps normal) apporte également une bonne maitrise des coûts et une adaptation automatique aux besoins sans investissement superflu, structure surdimensionnée ou gaspillages de toutes sortes (temps, énergie, espace...).
 

- Mise en place de partenariats commerciaux et d'une charte éthique évolutive concernant les conditions sociales et environnementales des activités, de la place des entreprises coopératives dans le choix des fournisseurs ou partenaires.
 

- Création d'un crédit coopératif : Une mutuelle d'investissement financée par l'activité des adhérents qui permettra d'exercer une solidarité financière par péréquation, de disposer d'un fond propre pour financer des investissements et services mutualisés ou, à terme, de nouvelles coopératives (en fonction des besoins et des nécessités que le réseau permettra d'identifier). Ce crédit coopératif inclura une plateforme en ligne de financement participatif autogéré.

Communication sur ce modèle économique auprès du grand public ou de professionnels, potentiels futurs adhérents, pour élargir le réseau, ses compétences, ses synergies et sa structure.
 

Pour toute information, contactez-nous